Grande Loge Nationale Roumaine 1880 et Suprême Conseil Roumain et d’Occitanie 1881

UNE MAÇONNERIE Généreuse, humaniste, religieuse, combative.

Nous y sommes : « Le déclin de civilisation est la chute d’une société humaine complexe, caractérisée par la perte de son identité culturelle et de sa complexité socio-économique, la chute du gouvernement et la montée de la violence. »

Suprême Conseil Roumain et  d’Occitanie 1881

Pourquoi entrer en Franc-Maçonnerie  et plus particulièrement au Suprême Conseil  Roumain et d’Occitanie 1881 et à la Grande Loge Nationale Roumaine 1880.

« Quand je vois vivre entre eux les hommes comme ils font ; Je ne trouve partout que lâche flatterie, qu’injustice, intérêt, trahison, fourberie.

« Le Misanthrope » – Acte I Scène première.     Molière

 « Ne gâchez jamais votre présent pour un passé qui  n’a pas de futur. »

William Shakespeare

DÉCRET de création du suprême conseil d’Occitanie

Grand Commandeur, Grand Maître général Bartolomeu Constantin Săvoiu

Pourquoi ?

Une obédience de plus va-t-on dire ?

A cela, il y a bien sûr une raison ou du moins plusieurs.

Quête de sens – Véritable fraternité universelle – Valeurs Judéo-chrétiennes

Nous sommes nombreux à être entré en Maçonnerie par conviction, mais aussi et surtout pour tenter de trouver un sens à notre présence terrestre ainsi qu’un cadre spirituel que la société profane ne nous donnait pas, hormis les dogmes religieux qui nous offrent une vérité révélée et non contestable.

La Franc-maçonnerie du Rite Ecossais Ancien et Accepté est une voie initiatique qui permet, en parallèle de découvrir son propre chemin en bâtissant sa propre conviction, son propre temple.

Aujourd’hui, à fin de prosélytisme, le Grand Architecte de l’Univers, est devenu un terme universel maçonnique pour ne rien désigner de précis.

Pour nous, le G∴A∴D∴L’U∴ est synonyme de « Principe créateur ».

Entrer en franc-maçonnerie aujourd’hui, oui mais laquelle ?

La démarche maçonnique aujourd’hui est source d’interrogations et surtout source d’ambiguïtés.

Certains estiment qu’il s’agit d’une démarche uniquement personnelle de perfectionnement moral, d’autres y voient un mouvement collectif dirigé vers des réflexions sur plus de progrès social et plus de libertés individuelles, d’autres enfin encore la relient à une voie mystique.

Ces différentes approches s’expliquent par plusieurs réalités :

– L’influence de l’inspiration biblique qui a existé au moment de la création des premières loges maçonniques en Angleterre, en Ecosse et en Irlande,

– L’influence des mouvements occultistes que la franc-maçonnerie a connue au XVIIIème et au XIXème siècle.

– Le rôle du courant philosophique des « Lumières » présent au XVIIIème siècle qui a rompu avec l’hégémonie des religions.

En France, l’implication de nombreux francs-maçons dans l’action politique de la IIIème République et même plus tard jusqu’à la Vème république a mis en évidence que la franc-maçonnerie pouvait aussi avoir un rôle politique. On trouve ainsi des maçons dans les ministères ainsi qu’à la direction de partis politiques jusqu’à nos jours. Cette vision trouble l’objectif initial maçonnique.

Cette historicité, bien que rapide et schématique, montre bien que dans la situation actuelle, la franc-maçonnerie, dans sa globalité, n’a pas une orientation claire et se trouve être difficilement compréhensible par le monde profane et parfois par les maçons eux-mêmes.

Les différentes approches peuvent apparaître comme une confusion au point que certains auteurs affirment qu’il n’y a pas UNE franc-maçonnerie mais DES franc-maçonneries !

Il faut donc adopter une autre grille de lecture qui permettrait de comprendre l’ambiguïté actuelle et de proposer une « clarification » qui faciliterait la compréhension de la spécificité de la démarche maçonnique dans ce XXIème siècle et de pouvoir faire ses propres choix en toute objectivité.

A la fin du XVIIème siècle, à une époque où les premières loges maçonniques apparaissent en Angleterre, en Ecosse et en Irlande, la Bible de Roi Jacques (Bible traduite en anglais) est le livre de référence aussi bien pour les intellectuels que pour celles et ceux qui savent lire.

Son contenu n’a pas de différences notables et d’ailleurs de nombreux mouvements religieux s’en réclament. Ce consensus n’empêchât pas les querelles religieuses, pouvant aller jusqu’à un climat de violences. C’est pourquoi, une des motivations de la franc-maçonnerie à cette époque était de pacifier ces querelles entre sectes religieuses et de tenter d’unir les divers courants de pensées.

Idéologiquement, cette première franc-maçonnerie est donc biblique, non cléricale, ouverte aussi bien aux aristocrates qu’aux bourgeois et intellectuels, et sous l’autorité indirecte de la famille royale.

Son caractère biblique explique qu’il n’y a sur le plan théologique aucune divergence de vue fondamentale avec les églises chrétiennes.

Globalement, celles-ci considèrent la vie terrestre comme l’opportunité de l’expiation des pêchés des êtres humains afin de leur permettre d’espérer rejoindre le paradis céleste. La vie terrestre est secondaire et n’est finalement que la phase préparatoire à la vie céleste qui elle est fantasmée.

Par rapport à la Bible, l’originalité des rituels maçonniques ne se situe pas dans le contenu mais dans l’expression de l’enseignement biblique via un vocabulaire symbolique et la réappropriation de discours légendaires, de mythes et de légendes.

Certains auteurs ont pu dire que dans la légende d’Hiram, Hiram était un substitut de Jésus-Christ et les trois mauvais compagnons une réplique de Judas.

Sur le fond, à cette époque, la démarche maçonnique, telle qu’elle est illustrée dans les rituels maçonniques », est fidèle à l’enseignement biblique et se veut elle aussi une préparation au passage à « l’Orient éternel ».

Avec la création du Rite Ecossais Ancien et Accepté et le discours de Ramsay, on observera une accentuation de cette imprégnation christique et l’ajout des apports occultistes qui eux aussi font de la vie terrestre le stade préalable au passage dans le monde céleste. La principale caractéristique du Rite Ecossais Ancien et Accepté étant la croyance en un « Principe Créateur ».

Or aujourd’hui encore, pour l’essentiel nous avons les mêmes rituels maçonniques qui ont ce même contenu.

En simplifiant on pourrait analyser l’impact de la franc-maçonnerie à partir de deux composantes :

– Les rituels maçonniques d’inspiration biblique censés préparer l’initié à la vie céleste ; cette « préparation » pouvant aller jusqu’à une démarche mystique ;

– L’ambition de fraternité sociale inspirée par l’enseignement charitable de Jésus-Christ : ce devoir de fraternité sociale s’exprime soit par un effort caritatif (pour les loges anglo-saxonnes) soit par un engagement sociétal (pour certaines loges dites libérales).

A partir de la fin du XIXème siècle, l’évolution des connaissances et des mœurs sociétales explique que ce mode de fonctionnement est devenu fondamentalement conflictuel.

La montée en puissance de l’athéisme et de la non-croyance s’étend au sein de nombreuse obédiences maçonnique qui n’exigent plus la croyance en Dieu remplacé par le Grand Architecte de l’Univers, la reconnaissance de la liberté de conscience est aujourd’hui acceptée par de nombreuses obédiences dites libérales. La grande majorité des obédiences sous l’influence de la Grande Loge Unie d’Angleterre maintiennent encore l’obligation de la croyance en Dieu, toutefois le fait sociétal de l’athéisme et de la non-croyance gagnent du terrain.

La critique du discours religieux tendant à privilégier l’espérance d’une vie céleste paradisiaque (que l’on retrouve dans toutes les grandes religions monothéistes) devient de plus en plus inaudible pour une partie de la jeunesse qui rejette en bloc toute croyance et dont la seule aspiration est le bonheur ici et maintenant.

Pour ces raisons fondamentales, et aussi pour d’autres et notamment pour certaines obédiences un sectarisme et une philosophie générale incompatibles avec la raison, écartent la franc-maçonnerie des aspirations d’une partie de la jeunesse !

Et pourtant, toutes celles et tous ceux qui ont une expérience de vécu dans une loge maçonnique savent combien cela peut-être extraordinaire : Être capable de se réunir dans une ambiance de sérieux et de respect mutuel et d’échanger sur le sens de la vie que l’on mène, sur l’éthique, sur la fraternité, c’est une spécificité de la loge maçonnique qui ne se retrouve nulle part ailleurs.

On peut se demander pourquoi de nombreux jeunes rallient les rangs de l’Islam aujourd’hui ? La réponse est sans équivoque, ils viennent chercher un « Sens » et un « Cadre ».

Il faut donc tout faire pour faire une autre franc-maçonnerie !

L’engagement maçonnique pourrait très bien être un retour à l’origine, aux références bibliques, être un engagement pour mettre en œuvre le bonheur terrestre pour tout être humain et pour la société !

L’épanouissement  maçonnique que l’on pourrait idéaliser et une maçonnerie Généreuse, humaniste, religieuse, combative.

Un concept qui rejoint l’épicurisme classique !

Cela entraîne ipso facto le rejet d’un universalisme de la bienveillance tel qu’il nous est présenté, qui prône l’étendard de la tolérance pour camoufler sa soumission à une mondialisation de la pensée.

Une harmonie pour vivre en paix sur notre sol, un culte de nos traditions et de nos valeurs, une émulation de l’intelligence et de la recherche pour mieux explorer les inconnues de l’existence humaine.

En nous orientant clairement vers cet objectif de travailler pour le bonheur humain terrestre, pour la quête du « Sens » sans empiéter sur la raison d’être des religions, nous trouverons notre place au sein de la chaine humaine.

Nous pensons que nous devons préserver une tradition et des valeurs que beaucoup veulent abattre, au profit de courants obscurantistes intégristes.

Entre le croyant qui égrène son chapelet ou qui fait tourner son moulin à prières à longueur de journée et l’athée « imbécile » qui érige sa non-croyance comme une religion, nous avons choisis une autre voie.

Grand Inspecteur général pour la France
33ème degré du rite Ecossais Ancien et Accepté.
Lieutenant Grand Commandeur du Suprême Conseil Roumain et d’Occitanie 1881. 

 Christian Belloc

                Une maçonnerie :

Généreuse, humaniste, religieuse, combative.
Voilà pourquoi :

Composition du Suprême Conseil Roumain et d’Occitanie 1881

Frappez et on vous ouvrira…
Ceux qui souhaitent nous rejoindre sont invités à bien lire la déclaration de principe.

Dans le respect de la fraternité UNIVERSELLE que nous prônons, nous reçevons les soeurs ainsi que les frères de toutes obédiences tuilés (ées).

Oswald Wirth  : « La Franc Maçonnerie est appelée à refaire le monde. La tâche n’est pas au-dessus de ses forces à la condition qu’elle devienne ce qu’elle doit être ».

Manifeste

Un chemin initiatique pour grandir ensemble

Tradition initiatique, Symboles, Philosophie et Fraternité

En ce XXIème siècle, notre ambition est de conjuguer Tradition initiatique et modernité au sein d’une structure légère pour nous adapter à notre monde en perpétuel mouvement.

La Tradition est véhiculée par le Rite Ecossais Ancien et Accepté (REAA). Il est question d’éclairer nos Frères à la lumière des travaux des bâtisseurs des siècles passés dans un esprit judéo-chrétien et chevaleresque, du 4ème au 33ème degré.

Le Temple de l’Humanité est un édifice à soutenir par de perpétuels travaux. Il s’agit de développer la Fraternité entre les hommes, de faire preuve de compassion et de faire œuvre de paix.

Nous travaillons avec le Rite, la symbolique et un esprit philosophique pour que nos contributions pénètrent le cœur des hommes et le transforme en homme bon. L’alchimie faite, cela doit se traduire dans nos actions quotidiennes.

Le Symbole représente une infinité de possibilités d’expressions de l’âme humaine. Le symbole transcende l’homme selon sa sensibilité au monde et à l’Univers. Chacun est libre de sa représentation.

Le Suprême Conseil d’Occitanie œuvre dans un espace de liberté ordonné avec des valeurs humanistes et spirituelles. Nous avons une démarche de recherche et de construction de soi-même et de sa liberté. Il n’y a pas de vérité unique, chacun la sienne.

Nous déclarons que :

  • Le Suprême Conseil d’Occitanie est régulièrement crée par Décret N°69 du 1er février2021, de la Grande Loge Roumaine MLNR 1880
  • Le Suprême Conseil d’Occitanie est souverain et est une composante du Suprême Conseil Roumain 1880.
  • Nous invoquons le Grand Architecte de l’Univers
  • Nous accueillons les Sœurs et les Frères.
  • Nous sommes transmetteurs de la Tradition dans une chaine humaine ouverte.
  • Nous nous revendiquons être des femmes et des hommes libres, égalitaires et fraternels.
  • Nous ne nous immisçons pas dans les affaires politiques et religieuses lors de nos travaux sauf si notre liberté d’expression, collective et individuels sont entravés.
  • Notre démarche est progressive et spirituelle et attaché au judéo-christianisme.
  • Adhérer à nos traditions judéo-chrétiennes est un prérequis.
  • Nous défendonsles intérêts de notre pays contre les oppresseurs internes et externes.
  • Nous levons notre Serment d’allégeance à notre pays ou à son gouvernement là où nous ne pouvons pas nous réunir librement.
  • Notre engagement se réclame de la tradition et des aspirations exclusivement nationales.
  • Nous définissons notre nation comme ceci : « Le désir d’individus avec un passé commun, volontaires pour vivre ensemble, de parler le français, d’avoir fait de grandes choses ensemble pour la nation française, de vouloir en faire encore et de lutter contre toute invasion conquérante et obscurantiste.

Justesse, Valeurs, Bienveillance et Initiation

A travers nos travaux en loge et dans le monde profane, nous aspirons à devenir juste et fraternel. Nous entendons précisément défendre nos valeurs traditionnelles, nos libertés fondamentales, la dignité et les Droits de l’Hommes lorsque ceux-ci sont atteints par de graves préjudices. Dans de tels cas, nous nous autoriserons à prendre position et à alerter les Autorités de notre pays.

Nous n’imposons aucune vérité, nous favorisons un engagement bienveillant dans la vie citoyenne.

Nous désignons Dieu par le Grand Architecte de l’Univers que nous qualifions de Principe créateur pour que chaque Sœur et Frère puisse donner un sens à sa vie selon sa vision du monde.

Chacun est libre de quitter le SCDO en tout temps en faisant une lettre de démission et être à jour de son adhésion.

Si un candidat souhaite nous rejoindre, il fera l’objet d’une enquête de moralité.

L’initiation est au cœur de l’engagement maçonnique traditionnel. Il s’agit d’un changement existentiel profond. Progressivement la nouvelle Sœur ou le nouveau Frère découvrira outils et symboles sur son chemin initiatique qui s’inscrit dans une démarche de travail personnel et collectif. Son chemin sera spirituel, elle ou il visera le perfectionnement et l’accomplissement de son être par un regard sur soi-même, l’autre et le monde.

L’homme nouveau est né pour construire le sens de sa vie dans l’estime et le respect mutuel.

Le premier secret est dans le vécu de chaque Frère qui est incommunicable par nature.

Le second est un secret « d’appartenance », nous ne dévoilons pas l’appartenance d’une Sœur ou d’un Frère à notre Ordre. Les Francs-maçons ont été et sont pourchassés par les régimes fascistes, extrémistes et nazis. Nous voulons continuer à vivre dans un régime démocratique et nous le défendons.

Dans une société revendicatrice de droit, nous revendiquons nos devoirs. 

Le Très Illustre Souverain Grand Inspecteur Général

CONTACT : associationhypogee@gmail.com

Déclaration de principe de la Grande Loge Nationale Roumaine 1880 

Servir l’humanité est l’idéal le plus noble.

Défendre la tradition judéo-chrétienne qui a fondé les valeurs de notre société est un combat à mener face à l’obscurantisme.

Mission et vision
Si nous ne nous fixons pas les idéaux les plus élevés imaginables, le génie de l’humanité n’atteindra pas son potentiel. En tant qu’êtres humains, nous sommes engagés dans une recherche incessante, de connaître l’inconnu et d’explorer l’existence tout au long de notre vie.

Cette recherche nous a poussés à gravir les plus hautes montagnes, à s’enfoncer au fond des océans, à dépasser les limites de notre atmosphère et à créer des miracles technologiques qui repoussent les limites du possible. Si jamais nous nous contentons du médiocre, des médias ou des tentations illusoires de l’ego, l’ingéniosité du genre humain disparaîtra.

La franc-maçonnerie en tant qu’école, reconnaît cette qualité chez les êtres humains et indique cette mission, l’accélération de la révolution de la conscience humaine. L’évolution, avec sa marche lente mais régulière, sur des millions d’années, un produit des merveilles extraordinaires et un monde naturel si parfait dans sa complétude qu’il est au-delà de la compréhension.

Cependant, il est du seul devoir de ceux qui ont des yeux de voir et des oreilles pour entendre, d’assister au déroulement du Plan Divin que le Principe Créateur nous a révélé. Dans le symbolisme complexe de la franc-maçonnerie se trouve un modèle pour l’expansion et la transformation de l’humanité en êtres spirituels libres et créatifs.

À travers le rituel maçonnique, le potentiel de l’esprit humain à contempler, imaginer et créer se développer et se perfectionne progressivement. La franc-maçonnerie n’est pas seulement un système de connaissance de soi ou d’amélioration de soi, elle est conçue pour améliorer la vie personnelle et humaine. L’auto-amélioration est un effet secondaire du véritable objectif de la franc-maçonnerie : son véritable objectif est de servir l’humanité.

Il n’y a pas de repos dans ce service, seulement la récompense d’un travail bien fait et la promesse d’un travail plus grand. Le service spécifique à l’humanité que la franc-maçonnerie a décidé d’entreprendre est la lutte contre l’ignorance sous toutes ses formes.

L’ignorance, l’ambition et le fanatisme sont les trois «tyrans» qui oppriment l’humanité depuis des temps immémoriaux.

La franc-maçonnerie travaille, espère et se bat pour le jour où tous les êtres humains vivront harmonieusement dans la liberté et la prospérité, libérés des chaînes de la pauvreté matérielle, mentale et spirituelle. Tous les êtres humains, quels sont leur âge, leur sexe, leur race ou leur religion, sont inscrits à remplir cette noble mission spirituelle.

IGNES COELESTIS CREATIO NO PLUS ULTRA EST.

Il n’y a rien de supérieur au feu céleste de la création

140 après…en France.

La Grande Loge Nationale Roumaine 1880 (M.L.N.R. 1880) a célébré le 22 septembre 2020 ses 140 ans d`existence

Le 22 septembre 1880 le Capitaine Constantin Moroiu fondait à Bucarest, par l`union de 6 loges, la première organisation Maçonnique Nationale Roumaine.
À partir de 1732, quand le Prince régnant de la Moldavie, Constantin Mavrocordat a été initié, les Loges maçonniques se sont développées et répandues dans les trois Principautés Roumaines (Moldavie, Valachie, Transylvanie), mais étant toutes dépendantes d`une organisation maçonnique étrangère : française, italienne, allemande, etc.
Après 148 ans, celui qui va rester dans la mémoire comme un brillant patriote qui a lutté pour la Roumanie, Constantin Moroiu, va fonder cette organisation exemplaire, la Grande Loge Nationale Roumaine 1880.
Interdite par les communistes en 1948, mais regroupée rapidement en exile à Paris, elle a porté avec honneur le drapeau de la Roumanie dans les années difficiles de la dictature communiste.
Revenue de l’exil en 1993, M.L.N.R. 1880 est conduite sur la voie d`une Maçonnerie traditionnelle à partir de 2008 par le Général Bartolomeu Constantin Săvoiu, venu de la Maçonnerie française, où il a été initié en 1976.
La devise de la Grande Loge Nationale Roumaine 1880 « Pour Dieu et Patrie » est l’obligation de tous ses membres, Frères et Sœurs, d’être au service du pays, de lutter pour une société juste, fraternelle pour ses fils et filles, dans laquelle le travail, l’honnêteté et l’honneur soient une obligation pour tous.
Nous rendons hommage à celui qui a été le premier Grand Maître de la Grande Loge Nationale Roumaine 1880, le Capitaine Constantin Moroiu, et à tous nos Frères et Sœurs qui à travers le 18ème, le 19ème et le 20ème siècle ont contribué à l’essor de leur obédience.
140 ans plus tard, le 22 septembre 2020, une loge Roumaine a vu le jour à Toulouse sous le nom de «Pierre Brossolette».

140 ans plus tard, après la création du Suprême Conseil Roumain 1881, le 2 février 2021, le Suprême Conseil d’Occitanie voyait le jour.